Girls with balls

Publié par Richard Dern le 25/09/2019 - Aucun commentaire

Aujourd'hui, je sors un peu des sentiers battus, et je me fais Girls with balls. Le pitch promet: une équipe de volleyeuses, perdue dans la forêt, aux prises avec une population pour le moins consanguine. Ça a l'air marrant et sexy. C'est français, et il y a quelques têtes connues, en particulier Artus (que j'aime beaucoup, d'ordinaire) et Mathieu Madénian, dont j'avais vu le premier spectacle au Point-virgule il y a quelques années, et qui m'avait bien fait rire. Il y a aussi Orelsan et Guillaume Canet. Par contre, jamais entendu parler ni jamais vu aucune femme du casting. Ma culture télévisuelle française est, certes, limitée.

Girls with balls est bien un film français. Je croyais que parce que c'est une exclusivité Netflix, le niveau serait supérieur, comparé à nos autres productions locales, mais à force d'être déçu par les productions Netflix à la française, je fini par me dire que notre "cinéma" est à bout de souffle, même quand il est en partie financé par une boîte américaine.

Pour commencer, c'est un film français. En France, on fait du théâtre, même au cinéma ou à la télévision. Donc, on sur-joue, tout, tout le temps. Ça se voit, et ça ruine l'immersion.

En tant que film français, ça implique aussi une pointe d'érotisme. On aime bien montrer un sein ou une fesse en France. Sauf que dans Girls with balls, c'est à la limite du malsain, pipi-caca pour adultes, mais "rehaussé" de sexisme primaire. Pas de quoi se rincer l'oeil, juste de quoi se sentir mal-à-l'aise, avec une pointe de pitié pour ces actrices qui donnent l'impression de n'avoir joué dans ce film que par besoin.

Par contre, on sent dans les "effets spéciaux" qu'il y a un financement américain. Pour le coup, le film est exactement là où on l'attendait: des hectolitres d'hémoglobine, des kilos de viande hachée, des têtes, bras et jambes coupés à la machette, et des trous dans l'estomac faits au calibre 12. C'est absurde, dans la positive acceptation du terme, et très fun ! Malheureusement, le fun reste le seul point acceptable du film.

Artus est presque inexistant, à l'exception de son énorme coup de gueule (qui n'est pas franchement drôle), et de son intervention à la fin du film (totalement prévisible, mais, heureusement, qui ne déçoit pas). D'ailleurs, à l'exception d'Orelsan qu'on voit régulièrement (façon western), et le "méchant" du film (excellent !), les autres acteurs connus (par moi) n'apparaissent qu'une fois ou deux. En fait, ce sont les actrices qui sont réellement omni-présentes. Pas nécessairement pour de bonnes raisons, mais au moins elles sont là.

Car, au-delà de leur physique, certaines sont de bonnes actrices (non, pas la chef d'équipe, ni la grincheuse...), même si la qualité du jeu est en dents de scie. On ne sait pas vraiment jouer des scènes de baston en France (à quelques exceptions près), mais ça se tient. De toute façon, ce genre de films n'intéresse pas particulièrement les "grands" acteurs. En somme, c'est moyen.

Je ne peux malheureusement que constater avoir plus ou moins perdu 1h10 de ma journée. Ce n'est pas énorme, mais j'aurai aussi pu passer 1h10 devant un bien meilleur film. En tout cas, devant un film dont je n'aurai pas eu à déplorer le sexisme omniprésent et le mauvais-goût.

Commentaires

Vous pouvez utiliser markdown dans votre commentaire. Si vous indiquez une adresse email, elle sera utilisée pour vous notifier des commentaires publiés sur cette page. Elle ne sera utilisée qu'à cette fin et ne sera jamais transmise à un tiers.