LOST

Publié par Richard Dern le 27/08/2019 - Aucun commentaire

Personnages de LOST

Les personnages principaux de la première partie de LOST

  • Attribution:
  • Auteur inconnu

Ah, LOST. La première saison date quand même de 2004 (il y a quinze ans...). Pour vous dire à quel point j'estime cette série: tous les ans, entre juin et août, je la binge-watch. Et je ne m'en lasse pas.

Tout d'abord, LOST présente un thème qui m'est cher: la robinsonnade. Une personne, ou un groupe, seul sur une île - apparemment - déserte, et comment cette personne ou ce groupe survit. Ensuite, le casting est excellent, en particulier le casting féminin. Je dis peut être ça parce que je suis un homme, mais les femmes de LOST sont - presque - toutes superbes. Ceci dit, le casting masculin n'est pas en reste: tout le monde y trouvera son compte.

LOST sexy !

Jack, accompagné d'Anna-Lucia et Kate. Non, elles n'apparaissent jamais comme ça dans LOST. C'est un montage, désolé de vous décevoir 😅

  • Attribution:
  • Auteur inconnu

Quant au principal, c'est-à-dire, le jeu d'acteurs, il n'y a vraiment que Emilie de Ravin que je trouve un cran en-dessous. Mais c'est son personnage qui me donne envie de m'arracher tout ce qui dépasse. Ou bien son accent australien à couper au couteau...

D'ailleurs, dans LOST, vous entendrez à peu près tous les accents anglais, si tant est que vous regardiez la série en VO1: américain, britannique, australien, écossais. Il y a même un canadien, mais il est tellement proche de l'américain qu'on ne le remarque même pas.

Je terminerai sur les voix en notant la présence de quelques français en fin de série, et que leur jeu est abominable (à l'exception de la jeune Danielle, qui n'est même pas française...). Franchement, il y a de quoi se mettre la honte à l'international. Nous, français, devrions arrêter d'essayer de faire de la télé ou du cinéma, et rester au théâtre...

Donc, LOST, c'est un avion qui se crashe sur une île, pas si déserte que ça. Il y a des animaux, des "autres", et une colonne de fumée noire. Un groupe d'une quarantaine de personnes s'installe sur la plage, attendant des secours qui ne viennent pas. Leur chef naturel (Jack, interprété par Matthew Fox), opportunément médecin/chirurgien, prend les choses en mains, vite épaulé par John (interprété par Terry O'Quinn, mon personnage préféré, dû à son excellent background et ses compétences en survie), et suivi comme son ombre par Kate (interprétée par la magnifique Evangeline Lilly), alors que James (Josh Holloway) fait son redneck, Hugo (Jorge Garcia) répand la joie et la bonne humeur, etc.

J'aimerais oublier Shannon (Maggie Grace), absolument détestable, et qui n'est là que pour apporter un peu - plus - de sex-appeal, ou Claire (Emilie de Ravin) qui passe son temps à chouiner et à hurler, ainsi que Michael (interprété par Harold Perrineau que j'aime beaucoup en dehors de LOST), qui endosse le rôle d'un traître. Mais on doit les supporter, parce qu'en fin de compte, on fini par s'y attacher. Un peu.

Enfin, en marge du groupe principal, Sun (magnifique, elle aussi) et Jin (dont la psychologie a été particulièrement travaillée), couple coréen, qui vont fortement jouer avec nos émotions tout au long de la série. Pour mon plus grand plaisir: une oeuvre, qu'il s'agisse d'un film, d'une série, ou d'un jeu-vidéo, doit jouer avec mes émotions pour je l'estime digne d'intérêt. Curiosité, tristesse, joie, frustration, euphorie, amour, tout doit y être, et tout est dans LOST, du début à la fin.

Quand on met en place un tel nombre de personnages dans une histoire, on s'attend à en oublier quelques uns. Bien sûr, l'un ou l'autre finit par passer l'arme à gauche, mais globalement, chaque personnage a sa propre histoire, sa propre personnalité, et sa propre utilité tout au long de la série. C'est assez étonnant pour être souligné, compte tenu de la difficulté que doit représenter la gestion de tout ces gens, tant au niveau des scripts que de leur direction. C'est d'autant plus agréable que la psychologie de la plupart des personnages va évoluer (de façon totalement cohérente) au fil des saisons. À ce niveau, c'est Ben (interprété par l'excellent Michael Emerson) qui reçoit une palme incontestable.

En terme de photographie, on se retrouve sur une de mes îles préférées et qui a tourné dans plus de films que beaucoup d'acteurs "humains": Hawaii, et plus précisément Oahu. Autre élément, donc, qui contribue à mon appréciation de la série.

Et plus on avance dans l'histoire, plus on rencontre de gens, et plus la qualité du jeu d'acteurs augmente, de même que l'intensité de l'histoire. Jusqu'au point culminant, que je suis vraisemblablement le seul à aimer, la fin, qui me fait pleurer comme une gamine dans un manga. À chaque fois, je me dis: "C'est bon, cette année, je maitrise", et puis en fait, non. Il me faut toujours ma boîte de mouchoir. Enfin, la deuxième, puisque la première aura déjà été épuisée pendant les 5 premières saisons.

Autre élément auquel j'attache de l'importance: la série a un début mais surtout une fin fermée. Ce n'est donc pas le genre de série dont on peut se permettre de rater un épisode, ni dont on va attendre une suite qui ne vient jamais.

Justement, à propos de cette fin: j'entends beaucoup parler des gens qui sont très déçus par la fin de LOST, assez peu de ceux qui s'en accommodent, et pas du tout de ceux qui aiment. En ce qui me concerne, je trouve la fin parfaite: elle est chargée d'émotions, et, bien qu'elle ne résolve pas tous les mystères (ce qui gâcherait un peu le charme de la série), je la trouve suffisante. Je n'ai pas eu cette fameuse impression qu'il "manque un morceau".

Compte tenu de la construction de la série, un peu d'imagination est nécessaire pour interpréter les évènements. Il ne faut pas "imaginer une fin", mais émettre des théories, ce que nombre de fans (les losties) ont fait. Car, non seulement le terreau est fertile, mais en plus il prolonge le plaisir de la série au-delà du petit écran. Moi, je prends, sachant que certains éléments justement dédié à cela nous ont échappé en France (Missing pieces par exemple, à moins de posséder le quatrième coffret DVD).

Bref, LOST, même près de dix ans après la diffusion du dernier épisode, reste ma série préférée, loin devant toutes les autres, et j'espère vous avoir donné envie de la (re)voir.

Affiche de LOST

Affiche de la série TV LOST

  • Attribution:
  • ABC


  1. Je déconseille fortement de regarder n'importe quelle série ou film étranger dans une autre langue que celle d'origine, c'est le meilleur moyen de la(le) détester. 

Commentaires

Vous pouvez utiliser markdown dans votre commentaire. Si vous indiquez une adresse email, elle sera utilisée pour vous notifier des commentaires publiés sur cette page. Elle ne sera utilisée qu'à cette fin et ne sera jamais transmise à un tiers.